Archive | octobre, 2012

Happy First Ever International Day of the Girl

15 Oct

October 11th 2012 was the first ever International Day of the Girl, thanks to the joint efforts of the United Nations, Plan International, and Status of Women Canada.

It was the occasion for everyone everywhere to remember how we must continue to encourage girls to actively take part in their communities, while guaranteeing them access to education and care, for them to be able to develop and blossom in a world free of violence against women and girls.

Sadly, this first International day of the girl will also be remembered due to the attempted murder of courageous young Pakistani activist, Malala Yousufzai. Let’s take this moment to salute her courage, her resilience, and continue to hope that she recovers fully, as quickly as possible…

The exhibit « Through her eyes » organized by the Women’s Y in Montreal highlighted the reality of girls throughout the world, through the showcasing of various projects girls have led everywhere to make their communities more welcoming, healthier, inclusive and safe for all.

The F.A.C.E girls’ Nomad box made a memorable appearance .. 🙂

« Through her eyes »: a multimedia exhibit organized by the YWCA. The Nomad box was showcased here

 

The exhibit was organized around seven themes, from girls’ education to body image.

The Nomad box was part of the « borders » section. A few of the My City, My Safety! Drawings were also included in the « activism » theme…

Multimedia products done by girls from all around the world were showcased

YOU GO GIRLS!

Publicités

Première Journée internationale des filles!!!

15 Oct

Le 11 octobre a marqué la Première journée internationale des filles, une initiative conjointe entre les Nations Unies, Plan International et Condition Féminine Canada.

C’était l’occasion pour toutes et tous de souligner que nous devons continuer sans relâche d’encourager les filles à participer activement dans leurs communautés, tout en leur garantissant l’accès à l’éducation et aux soins dont elles ont besoin pour s’épanouir, et leur droit de vivre dans un monde sans violence.

Tristement, cette première journée internationale des filles sera marquée par la tentative d’assassinat de la jeune militante Pakistanaise, Malala Yousufzai. Soulignons ici son courage, sa résilience, et continuons d’espérer qu’elle se rétablisse le plus rapidement possible…

L’exposition organisée par le Y des femmes à Montréal a mis l’accent sur la réalité des filles à travers le monde, et les nombreuses initiatives que ces jeunes mettent en place dans leurs communautés pour les rendre plus accueillantes, égalitaires et sécuritaires.

La boite itinérante des filles de F.A.C.E  y a fait une notable apparition 🙂

La boite itinérante à l’exposition du Y des femmes « Through her eyes »

L’exposition était organisée autour de sept stations à thèmes, allant de l’éducation des filles, à l’image corporelle etc. La boite itinérante faisait partie de la section « frontières ». Quelques dessins des filles de Bien dans ma ville! ont également été exposés dans la section « activisme » ..

Des vidéos et autres produits médiatiques réalisés par des filles à travers le monde étaient à l’honneur

BRAVO LES FILLES

Neighbours without borders!

10 Oct

While surfing the Montreal cultural agenda for 2012, the My City, My Safety team decided the Journées de la culture event would be a good opportunity to encourage the young women of  F.A.C.E high-school to put into practice their animation skills, their knowledge on development safer and more inclusive cities once more!

This is how, in collaboration with Conscience Urbaine’s Exec Director, (For making the link between art, urbanism, architecture and reclaiming the city), Fanie St-Michel, we decided to lead a « reinterpreted » women’s safety audit walk around the themes of safety, accessibility, and the train track. The train track which makes moving around the Plateau and Rosemont boroughs pretty complicated..

The idea was for the girls to lead a discussion around how the urban environment influences how easily we move around the city, the potential obstacles to their participation to urban life, their feelings of security and inclusion.

Le long de la voix ferrée qui séparent les deux quartiers, les filles de FACE montrent aux participant(e)s comment la voix cyclable qui longe celle-ci n'est pas sécuritaire pour une fille: le manque de lumière, d'entretien et de sorties possible, en fait un lieu à haut risque

Here we are, on the bike path which runs alongside the train tracks that divide both neighbourhoods.  The girls are explaining to other participants how the path is not safe for young womenL the lack of lighting, maintenance, and possible escape routes make it a risky area.

During the walk, we asked participants to fill out a checklist to catalog the different problems relating to access and layout of the train track. We took many pictures, and asked everyone to draw what a perfect level-crossing would look like (and if they had control over the City of Montreal’s purse strings 😉

Draw me a level-crossing…

We are hoping to use the pictures, drawings and testimonials gathered during the activity to continue sensitizing citizens and their elected officials to the importance of conceiving safe, accessible, and inclusive cities, for women, girls, and everyone!

The girls asked participants to take a piece of paper with a different identity on it, before walking across the Papineau viaduct, and to discuss their experience through the eyes of their character…

The Papineau viaduct: (in)accessible? (un)safe?
One of the many illegal holes cut out along the CP railway, a testimonial to the frustration of Plateau and Rosemont citizens because of the forced break between both neighbourhoods 

Journées de la culture 2012

9 Oct

En parcourant l’agenda culturel de Montréal pour l’année 2012, nous nous sommes dit que les Journées de la culture serait une bonne occasion d’encourager les jeunes femmes de F.A.C.E à mettre en pratique une fois de plus leur expérience en animation, leur connaissance en matière de développement de villes sécuritaires et inclusives, et leur fibre de citoyennes engagées!

C’est ainsi qu’en collaboration avec la Directrice de l’organisme Consicence Urbaine (pour le lien entre l’art, l’urbanisme et l’architecture pour s’approprier la ville), Fanie St-Michel, nous avons choisi de mener une marche exploratoire autour des thèmes de la sécurité, de l’accessibilité, et de la voix ferrée qui rend les déplacements entre l’arrondissent Plateau-Mont-Royal et Rosemont bien compliqués.

L’objectif était que les filles puissent animer une discussion sur comment l’environnement urbain influence leurs déplacements, les obstacles potentiels à leur participation à la vie urbaine, leur sentiment de sécurité et d’inclusion.

Le long de la voix ferrée qui séparent les deux quartiers, les filles de FACE montrent aux participant(e)s comment la voix cyclable qui longe celle-ci n'est pas sécuritaire pour une fille: le manque de lumière, d'entretien et de sorties possible, en fait un lieu à haut risque Le long de la piste cyclable qui longe la voix ferrée qui divise les deux quartiers, les filles montrent aux participant(e)s à quel point celle-ci n’est pas sécuritaire pour une jeune fille: le manque d’éclairage, d’entretien, de passages et d’issues en font un lieu à haut risque.

Pendant la marche, nous avons demandé aux participant(e)s de remplir un check-list pour faire état des problèmes d’accès et d’aménagement autour de la voix ferrée, nous avons pris beaucoup de photos, et nous avons demandé à tout le monde de dessiner à quoi devrait ressembler un passage à niveau s’ils avaient libre cours à leur imagination (et au porte-monnaie de la Ville de Montréal 😉

Dessine moi un passage à niveau…

Nous espérons utiliser les photos, dessins et remarques recueillies pendant cette activité pour continuer à sensibiliser les citoyens et leurs élus à l’importance de concevoir des villes accessibles, sécuritaire et inclusives pour les femmes, les filles, et tout le monde!

Les filles ont demandé aux participant(e)s de piger un papier leur assignant une identité différente avant d’emprunter le viaduc de Papineau, et de discuter par la suite de leur vécu dans la peau de cette autre personne…

Le viaduc Papineau: (in)accessible? (in)sécuritaire?

Un des nombreux trous clandestins le long de la voix ferrée qui témoignent de la frustration des citoyens du Plateau et de Rosemont de la rupture forcée entre les deux quartiers.