Tag Archives: espace public

Lancement « Pourquoi les femmes? »

7 Mar

Le 28 février dernier, elles/ils étaient une quinzaine de jeunes au métro Côte-Vertu à scander « Ta mère, c’est un Femme! », en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Que feriez vous sans femmes? »  Sans aucun doute, le personnel confus de la STM ne les oubliera pas de si tôt…

Activistes en herbe

Activistes en herbe

Leurs amis et amies de Cardinal se sont joint à notre groupe de filles pour manifester pacifiquement aux abords du métro pour réclamer le respect des femmes et des filles, la fin du harcèlement et du profilage des jeunes dans le quartier, et la liberté d’expression.

L'arrivée au métro

L’arrivée au métro

Les jeunes en ont profité pour distribué des copies de leur magazine « Pourquoi les femmes? » aux passants. Ces derniers étaient tantôt curieux, tantôt amusés, tantôt désobligeants.

Go les grrrrls :-)

Hawa tenant une pancarte, et Sabrina avec le magazine

En effet, certains passants nous prenaient pour « ces satanés carrés rouges », suite à quoi un serviable employé de la STM nous a cordialement demandé de manifester plus calmement, « comme des femmes », (« puisque c’est cela votre cause!! »), afin d’éviter toute confusion avec d’autres manifs étudiantes… Nous nous sommes mordu les lèvres pour permettre aux jeunes de continuer leur manif, mais ohhh combien nous aurions aimé lui faire remarquer que nous étions aussi un groupe étudiant et qu’il n’y a pas de mal à cela, carré rouge ou pas. Et ne me parlez même pas de « manifester comme des femmes! » (fin de mon coup de gueule).

Si fières :-)

Si fières 🙂 Berekhya, une de nous autres animatrices, et Santa Félicia

Sur ces belles paroles, le chapitre « Bien dans ma ville! » du projet Cardinal s’achève. Cela nous laisse un goût doux-amère, d’avoir soutenu les filles dans la réalisation de quelque chose de beau et de profond, mais aussi de vouloir toujours en faire plus avec elles, plus longtemps. Nous ne pouvons qu’espérer que ces jeunes femmes continueront à être inspirées et inspirantes (oubliez le mot espérer, c’est certain qu’elles le seront!) dans leur vie et pour d’autres jeunes femmes et filles.

Et puis le projet est peut-être terminé, mais bon, on perd pas le contact, n’est-ce pas les filles?  😉

À suivre…

Prochainement dans un parc près de chez vous

22 Fév

Cette semaine, nous avons préparé le lancement du magazine « Pourquoi les femmes? » des filles de Cardinal.

Préparation d'affiches

Préparation d’affiches

Jeudi prochain, les filles inviteront d’autres élèves de Cardinal et nous irons présenter leur magazine dans un parc de leur quartier. Elles avaient identifié le parc comme un lieu où elles aiment bien aller, mais où elles sont souvent victime de profilage, ou de harcèlement. Le but est donc de se ré-approprier l’espace, pour elles, pour les jeunes.

Plan d'action

Plan d’action

Maintenant, il faut juste croiser les doigts pour que dame nature soit de notre côté!! Elle avait dit quoi déjà la marmotte??

Danser pour le changement… Ce qui se passe ailleurs dans le monde

20 Jan

Partout dans le monde, les femmes se voient interdir ou restreindre l’accès à l’espace public pour des motifs soit disant religieux. Même dans des pays occidentaux, et dans des grandes villes comme Montréal, les différences culturelles qui existent peut vouloir dire que les réalités des filles et des femmes en matière d’accès à la ville peut varier beaucoup…

Le 6 janvier 2012, 250 femmes de Beth Shemesh, en Israel, se sont joint pour dénoncer cette exclusion et la discrimination dont elles sont victimes. Les femmes étaient de tous les âges, milieux, et surtout, orthodoxes et non orthodoxes. Un bel exemple d’action concertée, artistique, devenue un clip viral!

Le clip officiel a été visionné 157,884 sur youtube!

4ème atelier à l’école F.A.C.E!

18 Jan

De la même manière que les gouvernements municipaux et autres instances décisionnelles locales doivent prendre connaissance des besoins et recommandations de TOUS les différents utilisateurs de l’espace public, il est important pour tout citoyen d’être sensible à la réalité des autres habitants de Montréal.

Le 25 janvier 2012, les adolescentes de l’école F.A.C.E participant au projet Bien dans ma ville! ont préparé leur prochaine sortie, lors de laquelle elles devraient faire la connaissance d’un groupe de personnes appartenant à un segment de la population montréalaise traditionnellement exclue de l’espace urbain (à suivre en février!!)

Pour se mettre dans le bain, nous avons joué à un petit jeu : chacune des filles à pris et imprimé une photo la représentant. Puis, chacune de leur côté, elles ont noté sur une feuille une expérience marquante de leur vie inconnue de leurs camarades. Puis, une à la fois, elles ont pigé une feuille appartenant à une autre fille, et collé l’expérience sous la photo de sa camarade qui elle pensait aurait vécu cette expérience.

Malgré le fait que les filles pensaient bien se connaitre entre elles, peu ont trouvé la bonne réponse!

En effet, même si on connait bien quelqu’un, il y a toujours des choses qu’on ne sait pas et qu’on ne peut pas deviner, qui sont propre au vécu et à l’expérience de cette personne. Si c’est ainsi pour leurs camarades de classes, qu’elles côtoient tous les jours, alors c’est encore plus vrai pour des inconnus! D’où l’importance de comprendre que le vécu, l’expérience, la perception de chacun lui appartient à lui et à lui seul, et qu’il ne faut pas porter de jugements hâtifs. Une leçon importante pour les filles, et pour toute personne amenée à prendre des décisions qui influeraient sur le quotidien de toute une population.

Nous avons terminé l’atelier avec l’identification du lieu de la prochaine marche exploratoire : les filles ont indiqué sur une carte du centre-ville de Montréal les endroits où elles ne se sentent pas à l’aise ou en sécurité à l’aide d’autocollants. L’itinéraire final a été choisi en fonction : en février, nous ferons une marche exploratoire autour du thème de la sécurité et de l’inclusion de la rue Sainte-Catherine, en commençant à l’angle de la rue Papineau, jusqu’au boulevard Saint Denis.