Tag Archives: marche exploratoire

Les médiateurs du civisme

10 Déc

Nous avons fait la connaissance des médiateurs du civisme à l’École secondaire St-Luc en octobre 2012. Ce groupe de 15 filles et garçons ont été recrutés par leur (admirable et passionnée!) prof d’éthique pour assurer le respect du civisme et de comportements conviviaux à l’école sur l’heure du lunch et les récréation.

Dans le cadre de leur rôle de médiateurs, ces derniers ont a réaliser un projet en lien avec le civisme afin de sensibiliser le reste de l’école à une ou des problématiques importantes à leurs yeux en relation avec la sécurité et l’inclusion de toutes et tous dans l’école et le quartier, tout en respectant l’ensemble de la communauté.

Les médiateurs en plein exercice de cartographie sociale, pendant lequel tout le monde a dessiné une carte subjective de son quartier avec tous les lieux importants à leurs yeux, les trajets qu'ils empruntent quotidiennement et ce qu'ils n'aiment pas ou voudraient changer.

Les médiateurs en plein exercice de cartographie sociale, pendant lequel tout le monde a dessiné une carte subjective de son quartier avec tous les lieux importants à leurs yeux, les trajets qu’ils empruntent quotidiennement et ce qu’ils n’aiment pas ou voudraient changer.

C’est dans ce contexte que nous sommes venus leur proposer de participer à Bien dans ma ville! Ça tombait pas mal à pique… Nous étions à la recherche d’un nouveau groupe pour la dernière année du projet, et nous avions des ateliers et des ressources à leur offrir pour identifier les problématiques existant dans leur quartier et école par rapport à la sécurité et l’inclusion, et d’explorer avec eux les différences entre la perception de sécurité des filles et des garçons, des problématiques différentes (ou pas!) auxquelles les deux font face, et comment cela peut affecter leur manière de participer dans leurs communautés.

les participants jouent au jeu "dessine moi un principe de sécurité"

les participants jouent au jeu « dessine moi un principe de sécurité », inspiré du jeu « dessine moi un droit » d’Equitas

Photo prise par le groupe des garçons lors de la marche exploratoire que l'on a réalisé autour de l'école. Nous avons séparé les gars des filles pour voir si leurs observations seraient différentes.

Photo prise par le groupe des garçons lors de la marche exploratoire que l’on a réalisé autour de l’école. Nous avons séparé les gars des filles pour voir si leurs observations seraient différentes.

Photo prise par le groupe des filles. Comme les gars, elles ont surtout pris note des problèmes d'entretiens qui donnent mauvaise allure au quartier

Photo prise par le groupe des filles. Comme les gars, elles ont surtout pris note des problèmes d’entretiens qui donnent mauvaise allure au quartier

Les médiateurs ont participé à des ateliers de cartographie sociale individuels et en groupe, à une marche exploratoire, une formation en animation et leadership avec L.O.V.E, et au jour d’aujourd’hui, nous sommes en train de conceptualiser leur projet d’intervention auprès de leurs camarades, avec l’aide de Farah Fancy, une artiste chorégraphe / artiste de scène / de mouvement therapy (rien que ça!) qui travaille avec le collectif Julio Hong.

Variation de la course à trois pieds (!), ou comment travailler en équipe sans se blesser!

Variation de la course à trois pieds (!), ou comment travailler en équipe sans se blesser!

FUN!

FUN!

Un groupe travaillant sur leur carte collective du quartier, qui consiste en un collage artistique de choses qu'on aime et qu'on aime pas, de choses qu'on aimerait changer...

Un groupe travaillant sur leur carte collective du quartier, qui consiste en un collage artistique de choses qu’on aime et qu’on aime pas, de choses qu’on aimerait changer…

Le projet de cartographie du deuxième groupe, ayant opté pour un collage de photos avec dessins

Le projet de cartographie du deuxième groupe, ayant opté pour un collage de photos avec dessins

En bref… Nous sommes juste trop heureuses de travailler avec les médiateurs 🙂

À SUIVRE

Publicités

Journées de la culture 2012

9 Oct

En parcourant l’agenda culturel de Montréal pour l’année 2012, nous nous sommes dit que les Journées de la culture serait une bonne occasion d’encourager les jeunes femmes de F.A.C.E à mettre en pratique une fois de plus leur expérience en animation, leur connaissance en matière de développement de villes sécuritaires et inclusives, et leur fibre de citoyennes engagées!

C’est ainsi qu’en collaboration avec la Directrice de l’organisme Consicence Urbaine (pour le lien entre l’art, l’urbanisme et l’architecture pour s’approprier la ville), Fanie St-Michel, nous avons choisi de mener une marche exploratoire autour des thèmes de la sécurité, de l’accessibilité, et de la voix ferrée qui rend les déplacements entre l’arrondissent Plateau-Mont-Royal et Rosemont bien compliqués.

L’objectif était que les filles puissent animer une discussion sur comment l’environnement urbain influence leurs déplacements, les obstacles potentiels à leur participation à la vie urbaine, leur sentiment de sécurité et d’inclusion.

Le long de la voix ferrée qui séparent les deux quartiers, les filles de FACE montrent aux participant(e)s comment la voix cyclable qui longe celle-ci n'est pas sécuritaire pour une fille: le manque de lumière, d'entretien et de sorties possible, en fait un lieu à haut risque Le long de la piste cyclable qui longe la voix ferrée qui divise les deux quartiers, les filles montrent aux participant(e)s à quel point celle-ci n’est pas sécuritaire pour une jeune fille: le manque d’éclairage, d’entretien, de passages et d’issues en font un lieu à haut risque.

Pendant la marche, nous avons demandé aux participant(e)s de remplir un check-list pour faire état des problèmes d’accès et d’aménagement autour de la voix ferrée, nous avons pris beaucoup de photos, et nous avons demandé à tout le monde de dessiner à quoi devrait ressembler un passage à niveau s’ils avaient libre cours à leur imagination (et au porte-monnaie de la Ville de Montréal 😉

Dessine moi un passage à niveau…

Nous espérons utiliser les photos, dessins et remarques recueillies pendant cette activité pour continuer à sensibiliser les citoyens et leurs élus à l’importance de concevoir des villes accessibles, sécuritaire et inclusives pour les femmes, les filles, et tout le monde!

Les filles ont demandé aux participant(e)s de piger un papier leur assignant une identité différente avant d’emprunter le viaduc de Papineau, et de discuter par la suite de leur vécu dans la peau de cette autre personne…

Le viaduc Papineau: (in)accessible? (in)sécuritaire?

Un des nombreux trous clandestins le long de la voix ferrée qui témoignent de la frustration des citoyens du Plateau et de Rosemont de la rupture forcée entre les deux quartiers.

Bien dans ma ville! et Filles d’action fêtent la Saint Valentin

20 Fév

Mardi dernier, pour la Saint Valentin, les participantes de F.A.C.E et le projet Bien dans ma ville! a été sélectionné pour participer à la Journée nationale d’action de la Fondation filles d’action. Pour une huitième année consécutive, la Fondation filles d’action cherchait à « bousculer les habitudes et braquer les projecteurs sur les filles et les jeunes femmes qui changent les choses dans leur milieu ». La première étape a été la contribution des filles à la lettre d’amour collective sous la forme d’une vidéo vox pop exprimant pourquoi elles participent à cette initiative. La vidéo est disponible sur le blog.

Puis, pour notre journée d’action qui s’inscrivait dans le cadre du projet Bien dans ma ville!, a débuté parle lunch organisé aux bureaux du partenaire de Femmes et villes international, l’organisme montréalais Action Femmes handicapées, avec qui un projet avait été réalisé pour faire valoir les obstacles particuliers à Montréal auxquels font face les femmes handicapées.

Le lunch nous a été servi par la Maison Benoit Labre, qui accueillent des itinérants, des hommes et des femmes, dans le quartier de Griffintown. Le but de cette rencontre était de démystifier l’itinérance et créer un dialogue, vu que la présence de sans-abris, en particulier dans les métros, était systématiquement notée comme un facteur insécurisant pour les filles et les femmes.

Bruno et Richard, deux ex sans-abris, ont candidement répondu à toutes les questions que les filles avaient préparées. C’était intéressant pour tous ceux présent d’entendre les récits de Richards sur ses expériences insécurisantes dans la rue, et de l’entendre parler du canal Lachine, son endroit préféré à Montréal, où il aime passer des heures à promener son chien. Bruno, quant à lui, nous a éclairé sur son expérience parfois positive, mais surtout négative, avec la police.

Deux représentants du Conseil Jeunesse Montréal et de Projet Montréal sont venus assister à la rencontre, afin d’exprimer leur soutien à cette initiative visant à engager les jeunes citoyens dans le développement de leur ville.

Puis, nous sommes allées manger un sandwich sur Saint Denis, histoire de se reposer avant de continuer l’aventure. Les filles de F.A.C.E en ont profité pour nous apprendre à jouer à contact, un jeu de mots qui peut devenir rapidement addictif!

Une fois rassasiées, nous sommes reparties affronter le froid et la tombée de la nuit pour une marche exploratoire le long du boulevard de Maisonneuve, du parc Émilie-Gamelin, et la rue Sainte Catherine, jusqu’à la station de métro Beaudry.

Graffiti boulevard Maisonneuve sur le bâtiment Judith Jasmin

un des escaliers isolés et cachés le long du bâtiment Judith Jasmin, sur Maisonneuve

Les filles ont clairement acquis une grande sensibilité à leur environnement urbain… Des recoins sombres pouvant servir de cachette, en passant par un parc rempli d’activités ludiques mais inaccessible en hiver, jusqu’au citations inspirantes accrochées aux lampadaires, rien ne leur a échappé! Nous assistons, ni plus ni moins, au développement de la relève activistes pour un développement urbain sécuritaire, inclusif et durable!

Parc Émilie Gamelin, avec son parcours son et lumière, sympathique, coloré, mais inaccessible...

l'éclairage rue Sainte-Catherine, avec les lampadaires et leurs citations amusantes

installation lumineuse, coin Amherst et Sainte Catherine

Les salles de films XXX

Installation temporaire au parc Émilie Gamelin

Expo: artistes itinérants au parc Émilie Gamelin

Une des cartes annotées de notre marche…

Une murale au coin de Amherst et Sainte Catherine égaie un mur aveugle, grâce à un message de sensibilisation inspirant